Receveurs

five_lives

Reg Parker fait partie des rares personnes qui ont bénéficié de toute la panoplie des services de dons de sang et d’organes. « Sang total, plasma, plaquettes, organes… je vous ai pratiquement tout pris! », plaisante Reg.

Le corps de cet homme de 46 ans l’aura mis à rude épreuve presque toute sa vie. Né avec un déficit immunitaire commun variable, Reg n’a pour ainsi dire aucun système immunitaire. Pour stimuler son système, il reçoit, depuis ses 14 ans, des transfusions d’immunoglobulines, un produit extrait du plasma. Au départ, il reçoit une transfusion par mois et par la suite, deux par semaine.

Au début de la trentaine, ses poumons sont endommagés par la sarcoïdose, une maladie inflammatoire qui affecte plusieurs organes. Son foie est également mis à mal par les nombreux médicaments qu’il prend.

Reg frôle la mort à cinq reprises. À chaque épisode majeur d’insuffisance pulmonaire, les médecins se demandent s’il va passer la nuit. En mars 2014, il subit une transplantation poumons-foie qui nécessite 32 unités de sang. Après l’opération, on lui transfuse encore du sang, mais aussi des plaquettes pour l’aider à combattre les infections.

« Je n’en reviens pas que le corps puisse subir autant d’agressions, confie-t-il. Il n’y a aucune raison pour que je sois encore en vie aujourd’hui. Si je suis là, c’est grâce aux donneurs. Ils m’ont redonné la vie, tout simplement. »

Après avoir repris des forces, Reg entre en contact avec la Société canadienne du sang. En mars 2015, pour marquer le premier anniversaire de sa double transplantation, il fait campagne au profit d’une collecte de sang, qui recueille 92 unités. Il fait également du bénévolat dans des collectes de sang et récolte plus de 20 000 $ pour l’Hôpital Toronto General, où il a eu sa transplantation.

« Être là pendant les collectes, c’est quelque chose, s’exclame Reg, toujours en convalescence. Il y a des gens qui prennent le temps de venir tous les 56 jours, alors qu’eux-mêmes et leur famille sont en parfaite santé… Je trouve ça admirable et tellement généreux. Et je le leur dis! »

Reg est toujours prêt à raconter son histoire aux donneurs afin qu’ils se rendent compte à quel point leur don est précieux. Son plus jeune fils, lui aussi atteint d’un déficit immunitaire, reçoit des transfusions d’immunoglobulines toutes les trois semaines.

« Voir à la télé des annonces qui disent que les dons de sang sauvent des vies, c’est bien, mais avoir quelqu’un qui a vécu ça en face de soi, c’est pas mal plus impressionnant », ajoute-t-il.

« La meilleure façon de remercier les donneurs et de leur rendre hommage est de vivre ma vie à fond. C’est ce que j’essaie de faire. Je ne sais pas combien de vies il me reste, mais ce qui est sûr, c’est que je fais partie des chanceux. »

Bookmark and Share