Receveurs

saving_rayna2

Ellen et Brad Pinhorn étaient loin de se douter que, moins de trois ans après sa naissance, leur petite fille serait sauvée par une mère qui ferait don du sang de cordon de son bébé.

Rayna est un bébé en pleine santé, mais un jour, Ellen remarque qu’elle a une sorte de tache rouge, un peu comme une ecchymose. Son mari et elle décident d’emmener la petite fille de 17 mois à l’hôpital.

Le médecin constate que Rayna a une très faible quantité de plaquettes et l’envoie à Edmonton pour d’autres analyses.

Le 5 février 2012, le verdict tombe : Rayna est atteinte d’une anémie aplasique. Son corps ne produit pas assez de cellules sanguines, ce qui entraîne de la fatigue, une augmentation des risques d’infection et des hémorragies spontanées.

Malgré le diagnostic, les médecins de Rayna ont bon espoir que l’administration régulière de sang résoudra le problème. Pendant un an, Rayna et ses parents parcourent 243 kilomètres chaque semaine pour se rendre à Edmonton afin que Rayna passe des tests et reçoive ses transfusions sanguines.

Mais voilà que quelque temps plus tard, une biopsie révèle une anomalie dans la moelle osseuse de Rayna. Seule une greffe de cellules souches peut lui sauver la vie. Les recherches commencent donc pour trouver un donneur.

Comme il n’y a aucun donneur compatible dans la famille de Rayna, on s’adresse à la Société canadienne du sang pour lancer une recherche parmi les donneurs potentiels du Réseau UniVie. Mais aucun n’est compatible et l’avenir de Rayna demeure incertain.

Alors que tout espoir semble perdu, les parents de Rayna se tournent vers une autre source de cellules souches : le sang du cordon ombilical des nouveau-nés. Ce lien vital entre une mère et son bébé, riche en cellules souches sanguines, a le pouvoir de sauver la vie de patients comme Rayna. C’est à la naissance que les parents peuvent choisir de donner le sang du cordon ombilical de leur nouveau-né à la Banque de sang de cordon de la Société canadienne du sang. Les cellules souches que le sang contient sont ensuite accessibles à toute personne qui a besoin d’une greffe.

Le 17 juillet 2012, après avoir enfin trouvé des cellules souches compatibles pour Rayna, la greffe a lieu à l’Hôpital pour enfants de Calgary.

« La greffe n’a pris que 15 minutes, mais les résultats ont été spectaculaires, raconte Ellen. Peu de temps après, nous avons vu notre petite fille revivre. »

Rayna est restée à Calgary pendant trois mois : pendant les six premières semaines, elle a été hospitalisée, et pendant les six semaines suivantes, elle a dû se rendre à l’hôpital deux fois par semaine pour se faire examiner, à cause des risques de complications mortelles.

Rayna et sa famille sont rentrés chez eux le 24 octobre 2012. Pendant plus d’un an, Rayna a pris des médicaments pour prévenir une rechute ou un rejet des cellules souches greffées. C’est finalement en janvier 2015, deux ans après la greffe, que Rayna a pu arrêter le traitement et recommencer à vivre comme toutes les petites filles de son âge.

En repensant à tous ces événements, Ellen ressent une profonde reconnaissance : « Je souhaite remercier cette merveilleuse mère qui a fait don du sang de cordon de son bébé. Ce geste altruiste a redonné la vie à ma petite fille. C’est grâce à cela que Rayna a pu retrouver la vie active à laquelle elle était destinée. »

Bookmark and Share