Innovation

educating_residents

Chaque année, pendant cinq jours, les résidents en médecine de l’Université de Toronto participent à un camp sur la transfusion à l’hôpital St. Michael’s.

Ce camp, qui existe depuis 2012, accueille annuellement entre 60 et 80 résidents en soins intensifs, en hématologie, en hématopathologie, et en hémato-oncologie gynécologique et pédiatrique.

La participation est obligatoire pour les résidents de première année en anesthésie. En plus de participer aux cours de la faculté de médecine, ils assistent aux conférences et aux séminaires offerts par les Drs Robert Skeate, Margaret Fearon et Nadine Shehata, de la Société canadienne du sang.

Avant la création du camp, seuls 36 résidents étaient affectés aux banques de sang et les affectations duraient un mois.

« La transfusion est l’une des procédures les plus courantes dans les hôpitaux », souligne la Dre Yulia Lin, professeure associée et spécialiste en médecine transfusionnelle au Centre des sciences de la santé Sunnybrook, et organisatrice du camp avec l’une de ses consœurs, la Dre Jeannie Callum.

« La meilleure transfusion est celle qui est le mieux adaptée aux circonstances, et c’est ce que nous essayons d’enseigner aux résidents. D’autant plus que dans leurs spécialités, ils devront donner des instructions de transfusion et obtenir le consentement des patients. Nous voulons être sûrs qu’ils ont les connaissances nécessaires pour prendre les bonnes décisions. »

Divers sujets sont abordés pendant le camp : méthodes appropriées d’utilisation et de perfusion, analyse du sang mis en banque, risques liés aux transfusions, indications des produits sanguins, conservation du sang et transfusion dans des cas spécifiques, comme la pose d’une perfusion sur un patient dépranocytaire.

Depuis quelques années, on préconise une utilisation parcimonieuse des transfusions sanguines. La conservation du sang est une notion que les formateurs essaient d’inculquer aux résidents dès le début de leur carrière, précise la Dre Lin.

La Dre Lin a passé neuf mois à la Société canadienne du sang dans le cadre de sa propre résidence. L’année dernière, la Dre Callum et elle se sont associées au Centre d’innovation de la Société canadienne du sang pour rendre le camp accessible à d’autres facultés de médecine. Un projet pilote est déjà prévu avec l’Université d’Ottawa et des partenariats seront envisagés avec d’autres établissements.

« Notre but est d’offrir ce programme dans tout l’Ontario ainsi que dans les autres provinces, dans un format que tous les programmes en résidence pourront utiliser. »

La Dre Lin indique que, selon un article publié dans la revue Transfusion en août 2015, la connaissance de la pratique transfusionnelle s’est nettement améliorée dans les spécialités représentées par les participants au camp. « C’est une belle façon de montrer que le camp a fait ses preuves, estime-t-elle. Nous essayons d’influencer la manière dont les médecins utilisent les transfusions, car, finalement, ce qui importe, c’est de fournir le bon produit au bon patient au bon moment. »

Ce partenariat illustre l’attachement de l’organisation à la formation des professionnels et au partage des connaissances dans le but d’atteindre l’excellence en médecine transfusionnelle et transplantatoire.

Bookmark and Share