UniVie

En 2011, la Société canadienne du sang a entrepris de mettre sur pied une banque publique nationale de sang de cordon ombilical pour recueillir, analyser et stocker des cellules souches reflétant la diversité de la population canadienne. Pulsation s’est entretenu avec Heidi Elmoazzen, directrice de la banque, pour en savoir plus sur le sang de cordon ombilical et le rôle de la Société canadienne du sang dans ce projet vital.

Q :  Qu’est-ce qu’une cellule souche?

R :  Les cellules souches sont des cellules immatures pouvant se transformer soit en globules rouges, pour le transport de l’oxygène; en plaquettes, pour la coagulation; ou en globules blancs, pour la lutte contre les infections. Les cellules souches proviennent de trois sources : le sang de cordon ombilical, la moelle osseuse et le sang périphérique, c’est-à-dire le sang qui circule dans l’organisme.

Q :  Qu’est-ce qui rend le sang de cordon ombilical si particulier?

R :  Les cellules souches de sang de cordon présentent trois grands avantages :

  • Elles peuvent être prélevées, analysées et stockées à l’avance, et sont donc prêtes à être utilisées dès qu’on en a besoin. Cette disponibilité réduit le temps d’attente pour le patient.
  • Elles augmentent les chances de compatibilité. Avant une greffe, on effectue un typage tissulaire pour déterminer si les protéines présentes dans le sang du patient — marqueurs HLA ou antigènes d’histocompatibilité — sont compatibles avec celles de donneurs potentiels. Sur le plan immunologique, les cellules souches de sang de cordon n’ont pas atteint le degré de maturité des cellules souches d’un adulte, ce qui facilite la compatibilité HLA. Lorsque les cellules souches proviennent d’un adulte, il est essentiel que le donneur soit parfaitement compatible avec le patient; dans le cas des cellules souches provenant de sang de cordon, on peut obtenir les mêmes résultats avec un degré de compatibilité moindre, ce qui accroît les chances de trouver un donneur compatible, en particulier pour les personnes de minorités ethniques, qui ont généralement plus de difficulté à trouver un donneur.
  • Enfin, comme les greffes de cellules souches de sang de cordon ne requièrent pas une parfaite compatibilité donneurreceveur, il y a moins de risques de complication, comme la maladie du greffon contre l’hôte.

Q :  Pourquoi le Canada a-t-il besoin d’une banque publique de sang de cordon?

R :  Encore récemment, le Canada était le seul pays du G7 à ne pas avoir de banque publique de sang de cordon. Pour avoir des cellules souches, nous devions généralement les importer. En créant notre propre banque, nous augmentons les chances des patients canadiens de trouver un donneur compatible tout en contribuant au registre international de donneurs potentiels.

Le fait que nous ayons une banque de cellules souches provenant de donneurs d’ici augmente les chances des Canadiens de toutes les origines ethniques de trouver un donneur compatible. Si nous arrivons à créer une banque qui reflète la diversité de notre pays, nous serons mieux outillés pour traiter les 50 % de patients canadiens pour lesquels il n’y a aucun donneur compatible dans la base de données internationale.

Q :  Comment le sang de cordon est-il analysé et stocké?

R :  Nous analysons le sang de la mère pour nous assurer qu’il n’est pas porteur de maladies ou de virus de l’immunodéficience humaine (VIH, virus à l’origine du sida), l’hépatite B et l’hépatite C, le virus du lymphome humain à cellules T, la syphilis et le virus du Nil occidental. Ces analyses sont similaires à celles que nous effectuons pour les dons de sang total.

Nous analysons aussi le sang de cordon du bébé pour déterminer les marqueurs HLA et le groupe sanguin. Nous faisons en outre des tests de dépistage du cytomégalovirus et d’anomalies de l’hémoglobine.

Les unités de sang ombilical jugées sûres sont conservées dans de l’azote liquide à une température de -196 °C, ce qui permet de les conserver pendant très longtemps. Par exemple, nous avons des cas où les cellules souches ont été greffées 13 ans après avoir été prélevées et elles ne présentaient aucun signe de détérioration.

Q :  Quels types de maladies traite-t-on avec les cellules souches de sang de cordon?

R :  Nous utilisons ces cellules pour traiter plus de 80 affections, dont la leucémie, le lymphome, l’anémie aplasique et de nombreux autres troubles métaboliques et immunitaires héréditaires. On mène actuellement des recherches pour savoir si les cellules souches de sang de cordon peuvent être utilisées dans d’autres traitements et les possibilités s’annoncent très prometteuses.

Q :  Si une mère change d’avis après avoir donné le sang de cordon de son bébé , pouvez-vous le récupérer?

R :  Oui, à condition qu’il n’ait pas encore été utilisé pour une greffe. Une fois que les cellules souches sont mises en banque, elles sont prêtes à être utilisées pour tout patient qui pourrait en avoir besoin, où qu’il soit dans le monde. Si une mère change d’avis, l’unité sera retirée de la banque et éliminée comme déchet médical.

Q :  Une mère peut-elle réserver le sang de cordon de son bébé pour une personne en particulier?

R :  Non. Les unités de sang de cordon données à la banque sont disponibles pour n’importe quel patient dans le monde. Elles ne peuvent pas être réservées ou données à une personne en particulier.

Q :  Donc les cellules souches de sang de cordon prélevées ici peuvent être utilisées pour des gens vivant ailleurs qu ’au Canada?

R :  Oui. La banque publique de sang de cordon ombilical du Canada fait partie d’un registre international dans lequel sont répertoriés 22 millions de donneurs adultes potentiels et 600 000 unités de sang de cordon. Toutes les organisations inscrites au registre ont accès aux unités recueillies et stockées au Canada, mais nous espérons qu’avoir une banque reflétant la diversité de notre pays aidera non seulement les patients à l’étranger, mais aussi les Canadiens, qui auront de meilleures chances de trouver un donneur compatible au pays.

Q :  Combien de patients peut-on traiter avec une unité de sang de cordon?

R :  Une unité de sang de cordon sert pour un seul patient, généralement un enfant ou un adulte de petite taille. La plupart des adultes ont besoin de deux unités de sang de cordon ou d’une unité de cellules souches prélevées sur un adulte. Comme la quantité de cellules souches requises pour une greffe est déterminée selon le poids du patient, cette quantité varie d’une personne à l’autre.

Q :  Quelles sont les différences entre une banque publique de sang de cordon et une banque privée?

R :  Les banques publiques ne facturent aucuns frais aux donneurs et leurs cellules souches sont disponibles pour n’importe quel patient dans le monde. Ces banques augmentent constamment leur nombre d’unités et offre une grande diversité, ce qui permet de trouver un donneur compatible pour les patients qui, autrement, ne pourraient pas en trouver un.

En revanche, les banques privées facturent aux clients des frais de prélèvement ainsi que des frais de stockage annuels. Elles conservent les unités de sang de cordon uniquement à des fins personnelles.

Q :  Où les futures mamans peuvent-elles donner le sang du cordon ombilical de leur bébé?

R :  Il y a quatre centres de collecte : l’Hôpital d’Ottawa (campus Général et Civic), l’Hôpital Civic de Brampton, l’hôpital pour femmes Lois-Hole à Edmonton et le Women’s Hospital and Health Centre de la Colombie-Britannique à Vancouver.

Q :  Comment se déroule un don de sang de cordon ombilical?

R :  Les femmes enceintes qui prévoient accoucher dans l’un des quatre hôpitaux participants reçoivent une trousse d’information de leur médecin ou de leur sage-femme. Elles peuvent aussi télécharger la trousse au www.sang.ca/sangdecordon.

Les mères doivent signer un formulaire de consentement, qu’elles peuvent remettre à leur médecin ou sage-femme à tout moment durant la grossesse ou à l’hôpital le jour de leur accouchement (le formulaire doit être signé avant que le travail commence). Elles doivent également faire savoir à l’infirmière accoucheuse qu’elles aimeraient faire don du sang de cordon ombilical de leur bébé.

Le prélèvement de sang de cordon peut se faire de deux façons : un médecin de l’hôpital ou une sage-femme autorisée le prélève après l’accouchement, mais avant l’expulsion du placenta (in utero) ou un employé désigné de la Société canadienne du sang le prélève après la naissance du bébé et l’expulsion du placenta (ex utero). Après le prélèvement, le sang de cordon est envoyé à notre centre de préparation à Ottawa ou à Edmonton, où il est analysé, puis stocké dans un congélateur prévu à cette fin.

Q :  Faut-il pa yer pour donner du sang de cordon à la banque publique nationale?

R :  Non, aucun coût n’est rattaché au don, qui est un acte de pure générosité de la part des donneuses.