Donneurs

Rares sont ceux qui peuvent se vanter de tout savoir sur les collectes de sang depuis l’enfance. C’est le cas de Brent, dont la mère, Deb, travaille pour le système d’approvisionnement en sang depuis plus de 18 ans. C’est donc tout naturellement qu’il s’est rendu à une collecte le jour de son 17e anniversaire pour faire son premier don de sang.

Comme il accompagnait souvent sa mère aux collectes, Brent a compris très jeune l’importance du don de sang. « J’ai grandi en étant conscient que le fait de prendre une heure ou deux tous les deux ou trois mois pour donner du sang peut vraiment aider des gens, voire sauver des vies », raconte le jeune homme.

Brent parle en connaissance de cause. Il a vu son grand-père recevoir des transfusions pendant ses traitements de chimiothérapie. L’expérience les a profondément marqués, lui et sa mère.

« Nous avons réalisé qu’une transfusion peut faire beaucoup pour la qualité de vie d’un patient, se rappelle Deb. Ça m’a vraiment frappée, même si je travaille dans le domaine depuis longtemps. Je savais à quel point c’est important parce que je le vois tous les jours dans mon travail, mais de le voir depuis le chevet de mon père, c’est une tout autre perspective. Ç’a vraiment motivé mon fils à faire passer le mot. »

Brent se sert des médias sociaux pour inciter ses amis étudiants à donner non pas demain, mais dès aujourd’hui. « Je dis aux gens qui n’ont jamais donné de sang qu’il faut le faire sans attendre, parce qu’on ne sait jamais quand ce sera à notre tour d’en avoir besoin. »

Le fils de Deb trouve important de sensibiliser les étudiants de l’université au don de sang. Il s’adresse à eux avant les cours, leur explique le processus de don et publie des renseignements sur sa page Facebook.

« Les jeunes semblent avoir l’impression que ce n’est pas leur responsabilité. Ils voient leurs parents ou leurs oncles et tantes donner et ils se disent qu’ils n’ont pas besoin de le faire. Il faut leur faire prendre conscience qu’eux aussi peuvent contribuer et que c’est quelque chose de bien. En donnant quelques heures de sa vie, on peut sauver la vie d’un autre. »

Photo : Lorella Zanetti