Bénévoles

Habiba Cooper Diallo est bien partie pour changer le monde.

En plus de fonder la Women’s Health Organization International – une organisation qui vise à améliorer la santé des femmes –, elle a participé, à titre d’invitée, au festival du livre The Word On The Street de Toronto, a rédigé de nombreux articles sur les questions de santé qui touchent les populations africaines et a reçu un prix Global Impact du quotidien Huffington Post pour le rayonnement mondial de son action humanitaire.

Ah oui, a-t-on mentionné que Habiba est une élève du secondaire?

« La sensibilisation et l’engagement communautaire sont la clé d’un monde meilleur, plus sain et plus inclusif », estime la jeune femme. Dans la foulée de son travail de sensibilisation aux problèmes de santé des populations africaines du Canada et d’ailleurs dans le monde, Habiba s’est associée au Réseau UniVie pour recruter des personnes en bonne santé disposées à faire un don de cellules souches. Elle a ainsi organisé une campagne de frottis buccal à son école et a profité de la mobilisation des élèves pour expliquer que le don de cellules souches peut sauver des vies.

L’activité a eu lieu en février afin de souligner le Mois de l’histoire des Noirs. Pour l’occasion, Habiba a fait équipe avec Will Njoku, ancien élève de l’école et ancien choix au repêchage de la ligue de basketball nord-américaine (NBA). La séance a connu un succès retentissant. En quelques heures, l’école a recruté 150 donneurs potentiels de diverses communautés ethniques.

Selon Habiba, « la portée de cette activité va au-delà du nombre de personnes recrutées. Bien des gens ne sont pas conscients des besoins en cellules souches, notamment pour les Canadiens d’origine africaine, mais, ajoute-t-elle, je crois que notre campagne et la prise de conscience que nous avons déclenchée vont amener les jeunes à discuter de l’aide qu’ils peuvent apporter aux générations à venir en devenant donneurs de cellules souches. »