Le mot du Dr Sher

Non, ce n’est pas notre nouveau slogan ni le concept d’une affiche de recrutement, quoique ce pourrait très bien l’être. C’est simplement la description de ce qu’on appelle des « donneurs de cellules souches optimaux ». Nous recherchons en effet des hommes jeunes et en santé, préférablement d’origines ethniques diverses, pour enrichir le Réseau UniVie, notre réseau de donneurs de cellules souches.

C’est par l’entremise du Réseau UniVie que la Société canadienne du sang recrute des donneurs de cellules souches et les jumelle avec des patients qui ont besoin d’une greffe. Pour ces gens qui souffrent de maladies comme la leucémie, le lymphome, l’anémie aplasique et la drépanocytose, ou qui sont atteints de troubles métaboliques et immunitaires héréditaires, la greffe peut être la planche de salut qui changera leur vie. L’organisation cherche donc des donneurs compatibles au Canada et ailleurs dans le monde pour les aider.

Les hommes de 17 à 35 ans sont les donneurs dont les cellules souches produisent généralement les meilleurs résultats chez les receveurs. L’information ne vient pas de nous, mais directement des médecins traitants, qui voient les avantages. Le problème, c’est qu’à l’heure actuelle, ces hommes représentent moins de 5 % des personnes inscrites au registre, lequel compte aussi peu d’Autochtones, de gens d’origine mixte et de représentants de certains groupes ethniques. Cette sous-représentation complique la recherche de donneurs compatibles pour les nombreuses personnes de ces catégories.

Heureusement, des gens exceptionnels comme Danny Ho, Habiba Cooper Diallo, Arash Mo et le Dr Prateek Lala travaillent à changer les choses. Grâce à leurs remarquables efforts et aux personnes qu’ils ont inspirées, le nombre de Canadiens d’origine chinoise, africaine, persane et sud-asiatique qui s’inscrivent au registre augmente chaque jour. Je vous invite à lire leur histoire et à vous demander ce que vous pourriez faire pour promouvoir le don de cellules souches dans votre entourage.

Le sang provenant du cordon ombilical des nouveau-nés est aussi une excellente source de cellules souches. En fait, de plus en plus de médecins choisissent cette option comme traitement. Pourtant, le Canada n’a pas encore de banque publique de sang de cordon. Il est d’ailleurs le seul pays du G7 à en être privé. Les choses sont toutefois en train de changer, notamment grâce à la Société canadienne du sang, qui mène actuellement une campagne de financement afin d’amasser 12,5 millions de dollars pour participer à l’établissement de la future banque.

Comme vous le voyez, il existe de nombreuses façons d’agir pour sauver des vies : s’inscrire au Réseau UniVie, encourager quelqu’un d’autre à le faire ou contribuer à la campagne de financement Pour tous les Canadiens. Alors agissons! Nous le devons aux quelque 1 000 patients canadiens qui attendent de trouver un donneur compatible.