UniVie

Il est difficile de trouver quelqu’un qui n’a pas été touché par le cancer. Cette déclaration peut laisser croire que tout espoir est vain, mais les membres de la communauté scolaire de l’école secondaire Alexander Mackenzie (AMAC) de Richmond Hill, en Ontario, ont choisi de voir les choses différemment. Et leur détermination à lutter contre le cancer a même eu un effet rassembleur.

« Aujourd’hui, peu importe que l’on soit enseignant, administrateur, agent d’entretien ou étudiant, il n’y a plus de barrières, de départements ou de salles de classe. Il n’y a qu’une communauté qui vise un seul but : vaincre le cancer », explique Shawn Bredin, directeur de l’établissement.

« Au fil des ans, divers élèves et membres de notre personnel ont lutté contre le cancer et notre école a fait face à l’adversité. L’initiative L’AMAC contre-attaque a permis à notre école de se mobiliser pour vaincre le cancer au moyen de campagnes de financement et de sensibilisation. »

En mars, l’initiative a permis de mettre en contact les élèves et le personnel de l’école avec les associations locales de lutte contre le cancer. Cette année, on a tenu une séance de frottis buccal au bénéfice du Réseau UniVie. On a ainsi recueilli 136 échantillons d’ADN ainsi que des dons pour la recherche sur le cancer.

La fondatrice de l’initiative, Diana Marchisello, comprend très bien l’importance d’amasser des fonds pour la lutte contre le cancer et de sensibiliser la population à cette cause.

« En 2007, l’un de mes amis les plus chers a perdu son combat contre le cancer. Je sais aujourd’hui, comme je le savais alors, qu’il faut passer à l’action pour changer les choses », indique-t-elle.

Enseignante en cosmétologie, Diana s’est demandé ce qu’elle connaissait le mieux et voilà, l’activité « manuCURE » était née et s’ajoutait à la liste des activités d’AMAC contre-attaque!

« Des manucures pour une cure contre le cancer, ça allait de soi », souligne Diana.

Ce genre de logique créative s’est propagée au personnel de la bibliothèque de l’école, qui a mis un sondage en ligne; aux concierges, qui ont servi un chili; et au troupeau d’élèves enthousiastes de la 12e année, qui ont vendu leurs marchandises pour un ou deux dollars. Chacun a participé à l’initiative à sa façon. Cela ne fait aucun doute que depuis deux ans, l’école est une petite nation de partisans, tous motivés par la nécessité d’aider les autres. Par exemple, Nish…

Le 19 décembre 2011, Nishaat Sheraly (Nish), enseignante à l’AMAC depuis 13 ans, a reçu un diagnostic de leucémie myéloïde aiguë, appelée plus communément LMA. Les nombreuses personnes qui l’apprécient ont été très peinées d’apprendre cette mauvaise nouvelle.

Nish est touchée par les efforts déployés par les élèves et le personnel de l’école ainsi que par les gens de sa collectivité.

« On avance dans la vie croyant qu’on a les yeux grands ouverts, mais en fait ils sont fermés. La remarquable communauté de l’AMAC m’a aidée à ouvrir les yeux et à voir les choses essentielles de la vie : l’amour, l’amitié et un grand cœur pour réconforter les autres », souligne-t-elle.

« Ce sont des choses qui nous entourent chaque jour, mais nous les tenons pour acquises. Grâce à ma famille, à mes amis et à cet endroit très particulier qu’est l’AMAC, mes yeux sont ouverts et ce que je vois me donne une leçon d’humilité et m’inspire. »

Lorsqu’on lui a demandé ce qui avait contribué le plus au succès de l’initiative, elle a répondu sans hésiter : les élèves! « Ces élèves merveilleux nous ont montré que plutôt que d’affronter seuls nos peurs et notre anxiété, il valait mieux unir nos efforts pour faire face au cancer collectivement et le vaincre une fois pour toutes. »