Le mot du Dr Sher

Derrière toute organisation efficace s’affairent des gens qui lui vouent une confiance inébranlable. À la Société canadienne du sang, ces gens, ce sont nos donneurs, nos bénévoles et nos partenaires dévoués qui font don de leur temps, de leur énergie, de leur argent, de leur sang… parfois en suant sang et eau, comme vous le verrez plus loin.

Pour tout cela, nous les remercions. Nous les remercions également de croire en notre travail et de rester convaincus que nous nous engageons sur la bonne voie, alors que nous visons de nouveaux sommets. Il n’a pas toujours été simple d’emprunter cette route, et le parcours qui se dessine ne s’annonce pas non plus de tout repos. Néanmoins, il est bien plus facile d’avancer sur ce chemin en votre compagnie.

Nous atteindrons de nouveaux sommets notamment en nous chargeant de programmes comme celui du don et de la greffe d’organes et de tissus, mais ce sont nos avancées liées à la création d’une banque publique nationale de sang de cordon ombilical qui nous permettront vraiment d’atteindre un point culminant – tant au propre qu’au figuré.

En août dernier, j’ai dirigé un groupe qui a gravi le mont Kilimandjaro pour soutenir notre programme de mise sur pied d’une banque publique de sang de cordon ombilical au Canada. Je vous invite à lire l’article sur cette aventure palpitante et à faire connaissance avec notre équipe de grimpeurs.

Quelle meilleure façon, pour représenter le parcours du combattant dans lequel s’engagent jour après jour près d’un millier de patients canadiens en attente d’une greffe de cellules souches, que d’escalader les 5 895 mètres du plus haut sommet d’Afrique? Nous voulions ainsi attirer l’attention sur les besoins en cellules souches et obtenir des dons pour la campagne de financement de la banque publique nationale de sang de cordon ombilical. Ont fait partie de l’équipe de grimpeurs certains de nos partenaires, de nos amis et des employés de la Société canadienne du sang qui, tous, avaient à cœur de nous aider à collecter des fonds.

La genèse de cette expédition mémorable de deux semaines, dont l’apogée consistait en une ascension de neuf jours, remonte à plusieurs mois. Bien avant de fouler la savane africaine, bon nombre des grimpeurs de l’équipe ont consacré leur temps libre à s’entraîner et à recueillir des fonds. Les sacrifices auxquels nous avons consenti à la sueur de notre front, et au prix parfois de quelques larmes, sont dérisoires en regard de ceux auxquels se plient quotidiennement les patients en attente d’une greffe de cellules souches et les membres de leurs familles. Je tiens à remercier du fond du cœur nos grimpeurs, nos commanditaires, nos amis, les membres de nos familles et tous les Canadiens qui soutiennent financièrement cette initiative de premier plan.