Donneurs

Tous les mercredis midis, dans la jolie ville portuaire de Saint John, au Nouveau-Brunswick, le Dr John Allan se rend à un important rendez-vous. On ne parle pas ici d’un rendez-vous pour prendre une bouchée et se détendre, quoique, si vous demandez au principal intéressé, il vous dira que cette pause est sans doute la plus relaxante d’une lourde semaine. Que fait-il pendant cet intermède? Il donne du plasma…

John fait son premier don de sang à l’adolescence et devient un habitué des collectes de sang en 1999; il donne alors de son sang aussi régulièrement qu’il le peut, soit environ tous les deux mois.

Après un an ou deux, John ajoute à son agenda un don de plasma. S’il se tourne vers ce type de don, c’est en partie parce que cela lui permet d’apporter sa contribution plus souvent, à savoir toutes les semaines.

Il souhaite également suivre les traces de sa mère en prenant cette décision. Femme d’exception à de nombreux égards, la mère de John est en outre une donneuse de sang convaincue, qui fait des dons périodiquement. Les rôles finissent malheureusement par être inversés et, au lieu de donner du sang, la mère de John doit en recevoir. Elle a en effet besoin de transfusions dans le cadre de traitements contre un cancer du pancréas. Pour son fils, il n’y a pas de meilleur moyen de faire honneur à cette grande dame qu’en donnant du sang en son nom.

Lui-même médecin, John est très conscient du rôle primordial que joue le sang dans le système de santé et, même si ses fonctions de chef de service de radiologie de l’hôpital régional de Saint John le tiennent extrêmement occupé, il se réserve du temps pour faire des dons de sang et de plasma. Ainsi, chaque semaine, on le voit partir de l’hôpital à pied pour se rendre au centre de collecte, où il est chaleureusement accueilli. John est toujours fidèle au rendez-vous, car il sait que ça fait du bien… et pas seulement à lui.