Bureau national de financement

Qu’ont en commun les oiselets, les aigles, les albatros et le sang de cordon ombilical?

Le 22 septembre 2011, la Société canadienne du sang a organisé un tournoi de golf au club The Marshes, à Ottawa, qui a permis de recueillir plus de 65 000 dollars pour le financement de la banque publique nationale de sang de cordon ombilical UniVie. Cette banque offrira la possibilité aux parents de donner le sang du cordon ombilical de leurs nouveau-nés aux malades.

La Société canadienne du sang s’est engagée à rassembler 12,5 millions de dollars en trois ans pour la création de la nouvelle banque. Le reste du financement du projet de 48 millions sera assumé par les provinces et les territoires.

Parmi les participants on pouvait compter des partenaires du secteur privé et du domaine de la santé, des membres du personnel de la Société canadienne du sang et des promoteurs du don de sang et de cellules souches. Un des joueurs a même réussi un trou d’un coup!

« Nous sommes très heureux du succès de cette première campagne de financement pour la banque publique nationale de sang de cordon ombilical, a déclaré Steve Harding, directeur exécutif du développement. Ce fut l’occasion pour les défenseurs de notre cause de s’amuser tout en manifestant leur appui à ce nouveau programme unique qui répond à un besoin criant de notre système de santé. »

Des huit pays les plus industrialisés, le Canada est le seul qui soit dépourvu d’une banque publique nationale de sang de cordon ombilical. Le sang de cordon ombilical est une source importante de cellules souches. Les cellules de cette provenance sont tolérées par un plus grand nombre de malades lors de greffes, ce qui est primordial pour les patients d’origines ethniques diverses qui ne réussissent pas à trouver de donneur compatible.

La banque de sang de cordon ombilical, qui s’est fixé l’objectif de collecter 20 000 unités de sang de cordon ombilical au cours des huit années suivant sa mise sur pied, sera inaugurée à Ottawa. D’autres branches ouvriront leurs portes dans plusieurs villes canadiennes au cours des quatre années qui suivront.