Don et greffe d’organes et de tissus

Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires (Registre LDPE) vient de célébrer sa centième greffe de rein. Cette réussite intervient moins d’un an après l’inauguration du premier registre national de donneurs d’organes au Canada.

Fruit de la collaboration entre la Société canadienne du sang et les programmes de greffe provinciaux, le Registre LDPE permet à des donneurs ne pouvant donner de rein à l’un de leurs proches pour cause d’incompatibilité de faire un don à un autre malade dans le même cas. Depuis qu’il est entré en service, le Registre démontre les bienfaits de la coopération interprovinciale en matière de greffe.

Ce qu’il y a peut-être de plus remarquable dans cette histoire est que près de 70 % des greffes ont été réalisées grâce à l’altruisme de donneurs sans receveur désigné, des anonymes comme Erin Taylor qui se sont inscrits individuellement au Registre en vue de donner un rein à n’importe qui.

Cette infirmière de trente ans et fidèle donneuse de sang s’était toujours dit qu’elle offrirait l’un de ses reins si l’occasion se présentait. « Étant infirmière, je sais que l’on peut vivre tout à fait normalement avec un seul rein, et que l’on peut sauver quelqu’un en donnant l’autre. Je suis contente de l’avoir fait », explique-t-elle.

Elle a même pu reprendre sans inquiétude les compétitions de patin à roulettes, un sport qu’elle pratique assidûment, après avoir récupéré de son don. Les membres de sa famille, ses coéquipières et ses collègues de travail l’ont fortement soutenue durant toute cette expérience.

« Ils se posaient beaucoup de questions au début; c’est normal. Ils voulaient comprendre pourquoi j’avais autant envie de faire ce geste, et ils m’ont apporté un grand soutien. Ils m’ont accompagnée pendant toute ma convalescence et se sont faits les champions de la cause du don d’organe dans ce pays. Dans mon métier, je suis témoin des conséquences de la pénurie d’organes au quotidien. Je suis donc ravie que mon don ait été utile. »

Le Registre LDPE ne cesse de prendre de l’ampleur. À la fin du mois d’octobre, 247 couples donneur-receveur et 25 donneurs non désignés y figuraient, chaque nouvelle inscription augmentant les chances de celles et ceux qui attendent une greffe.