UniVie

Au mois de mars, les ministres de la Santé des gouvernements provinciaux et territoriaux (sauf celui du Québec) ont annoncé un investissement dans la création d’une banque publique nationale de sang de cordon ombilical qui facilitera l’accès des malades à ce produit.

La banque sera mise sur pied et gérée par la Société canadienne du sang au nom des provinces et territoires participants. Le Québec dispose de sa propre banque, exploitée par Héma-Québec.

La création d’une banque publique de sang de cordon est d’autant plus importante que la population canadienne est diversifiée sur le plan ethnique. Les malades ayant besoin d’une greffe de cellules souches d’un donneur non apparenté (près de 70 pour cent d’entre eux) ont en effet plus de chances d’en trouver un dans leur propre groupe ethnique. La nouvelle banque multipliera les possibilités de greffe pour ces personnes.

« À l’heure actuelle, plus de 900 Canadiens ont besoin d’une greffe de cellules souches pour vaincre de graves maladies telles que l’anémie aplasique, la leucémie et d’autres troubles hématologiques ou immunologiques, déclare le Dr Graham Sher, chef de la direction de la Société canadienne du sang. Le sang du cordon ombilical est une excellente source de cellules souches et la banque publique nous permettra de disposer de nos propres réserves de produits et de réduire ainsi notre dépendance envers les autres pays. »

La nouvelle banque sera mise sur pied sur une période de huit ans en vue de recueillir 20 000 unités de sang de cordon ombilical. Deux laboratoires spécialisés et un réseau de centres de prélèvement seront mis à contribution dans tout le pays, sauf au Québec.

Le projet prévoit également la réalisation, par la Société canadienne du sang, d’une vaste campagne de financement triennale dont l’objectif est d’amasser 12,5 millions de dollars. Cette campagne, lancée le 11 mai, mise sur l’appui dont le projet de banque publique de sang de cordon bénéficie à l’échelle nationale.

Dans de nombreuses collectivités du pays, les parents pourront donner anonymement le cordon ombilical de leur enfant à la banque publique pour le mettre à la disposition des malades.

Les cellules souches du sang de cordon présentent deux avantages : moindre risque de réaction du greffon contre l’hôte et meilleures chances de compatibilité, ce qui favorise les patients appartenant à une minorité ethnique, ceux ayant immédiatement besoin d’une greffe et ceux qui, possédant un profil HLA rare ou unique, ne peuvent trouver de donneur parfaitement compatible.